L’ouverture de capital / la levée de fonds… pourquoi, comment, avec qui ?

 

Le capital est à la fois un outil de propriété et un moyen de financement.

Ouvrir son capital c’est se doter de moyens pour financer son BFR, financer son développement ou pour engager une démarche de croissance externe ; cela peut aussi être le moyen de préparer la transmission de son entreprise.

Sondage JDE

 

 

 

 

 

 

Source Journal des Entreprises janvier 2016

 

Quels sont les avantages d’une entrée de capitaux ?

  • La capacité à entreprendre une action prédéterminée dans un temps déterminé,
  • Une plus grande solidité financière (rapport capitaux propres / total du bilan)
  • Un endettement bas de bilan maîtrisé (dette senior, effet de levier pour d’autres financements)
  • L’absence de garantie personnelle de l’entrepreneur.

 

L’entrée d’un fonds d’investissement apporte également une valeur ajoutée certaine par :

  • L’apport de valeur de nouveaux actionnaires (stratégie et réseau),
  • Un regard extérieur,
  • Une crédibilité accrue sur la place financière (banques, grands groupes)
  • Une sécurité pour l’entreprise et pour l’entrepreneur.

 

Quelques contraintes accompagnent toutefois l’arrivée d’un investisseur :

  • Du changement dans les méthodes de gouvernance,
  • Les composantes du pacte d’actionnaires,
  • Le nécessaire reporting,
  • Le partage des décisions d’investissement,
  • L’examen régulier du taux de rentabilité interne
  • Ainsi qu’une dilution des bénéfices ; mais qui doit toutefois être mise en regard des perspectives de développement de l’entreprise.

 

Il existe plusieurs typologies d’investisseurs : en fonction des besoins de l’entreprise mais aussi de son état de développement, tous ne seront pas sollicités au même moment :

  • Love money,
  • Salariés,
  • Business-angels,
  • Particuliers,
  • Entreprises avec communauté d’intérêt,
  • Fonds institutionnels (fonds d’amorçage, capital-risque, capital-développement).

 

Ainsi sera-t-il possible de faire appel à ces différents partenaires :

  • Lors de la création,
  • Au cours de la vie de l’entreprise,
  • En phase de développement
  • ou en cas de retournement.

 

Quelques préalables sont nécessaires avant d’amorcer une stratégie de levée de fonds ; il convient dans un premier temps de bien vérifier qu’il n’y a pas d’autres alternatives à la levée de fonds :

  • Vérifier si le projet ne peut pas être autofinancé,
  • Interroger les actionnaires en place sur leur éventuelle volonté d’augmenter leur participation,
  • Répertorier les aides disponibles de l’état,
  • Vérifier le niveau de solidarité des banques en place,
  • Étudier le contexte économique et les tendances suivies par les investisseurs, valider le modèle économique envisagé,
  • Définir le délai disponible.

 

Il faut ensuite établir un projet d’entreprise écrit solide (stratégie choisie, objectifs, indicateurs de pilotage, ressources) et rédiger un business plan (avec plan de trésorerie et plan de financement) afin de s’assurer que le projet est pérenne.

 

Présent depuis plus de 15 ans sur les opérations de haut de bilan, le cabinet AMKEO CORPORATE FINANCE possède une connaissance parfaite de l’ensemble des fonds d’investissement présents et actifs dans la plupart des secteurs d’activité ; nous sommes donc à votre disposition pour vous accompagner dans votre projet.

 

LES PRINCIPALES ÉTAPES DE NOTRE MÉTHODOLOGIE

Ainsi, la démarche de recherche de fonds est généralement longue et peut s’avérer particulièrement chronophage. Elle peut tout à fait être engagée en interne mais l’intérêt de confier cette mission à un cabinet extérieur est multiple :

  • Analyse de l’entreprise mise en regard de son contexte économique / vision extérieure : présenter l’entreprise sous son meilleur jour,
  • Parfaite connaissance des méthodes et procédures très codifiées : le cabinet est rompu au déroulé des différentes étapes,
  • Expertise dans la valorisation de l’entreprise : cette valeur, primordiale pour aller à la rencontre des investisseurs doit être définie précisément et argumentée pour ne pas pouvoir être contestée
  • Gestion et management de l’entreprise constituent le cœur du métier de l’entrepreneur : le chef d’entreprise ne peut pas prendre le risque de négliger certains marchés ou certains collaborateurs au moment où l’entreprise se doit d’être au sommet de sa performance.

 

Interview Boris Saragaglia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source Journal des Entreprises janvier 2016